Lycée Europe Robert Schuman

Lycée Polyvalent – Cholet

Sélectionner une page

Portugais

PORTUGAIS langue 3 au lycée …

C’est possible ! dans des groupes à effectifs réduits.

Pourquoi pas vous ?

Origines de la langue

Portugais, langue romane. Comme toutes les autres langues romanes, le portugais est un descendant direct du latin. Il s’agit plus précisément du latin vulgaire, parlé par les soldats et les colonisateurs romains, plutôt que du latin classique.

Le portugais s’est développé dans l’ancienne Gallaecia (Galice moderne, au nord-ouest de l’Espagne) et au nord du Portugal, puis il s’est répandu dans tout le Portugal actuel.

Quelles différences avec l’espagnol ?

Le portugais est plus proche de l’espagnol que de toutes les autres langues romanes, et les locuteurs des deux langues se comprennent souvent malgré les différences phonologiques, grammaticales et lexicales. Comme l’espagnol, le portugais contient un grand nombre de mots d’origine arabe, et comme d’autres langues modernes, son vocabulaire possède également beaucoup de mots d’origine française et grecque. Un très petit nombre de mots proviennent du carthaginois, du celtique et du phénicien.

Où parle-t-on portugais ?

Le portugais standard est fondé sur le dialecte de Lisbonne et est parlé au Portugal, en Galice (sous la forme d’un dialecte appelé galicien), au Brésil, dans plusieurs îles de l’océan Atlantique, en Angola, au Mozambique, dans d’autres anciennes colonies portugaises en Afrique et en Asie, ainsi que certaines régions de l’Indonésie.

Le portugais est la langue officielle du Brésil. Sur le plan linguistique, cette langue officielle est un dialecte du portugais, qui présente quelques différences de vocabulaire, de prononciation et de syntaxe. Le rapport entre le portugais du Brésil et celui du Portugal est comparable à celui entre l’anglais américain et l’anglais britannique.

Un peu de grammaire…

Le portugais conserve beaucoup de formes grammaticales que l’on ne trouve plus dans le groupe des langues romanes. Par exemple, le subjonctif futur et le subjonctif futur antérieur sont encore utilisés. Comme en ancien espagnol, les terminaisons du futur et du conditionnel, peuvent en portugais moderne se détacher du radical pour permettre l’insertion du pronom objet. Le portugais est la seule langue romane qui possède un infinitif flexionnel ou personnel. Par exemple, le verbe partir peut avoir la forme conjuguée partir eu, qui signifie « !que je parte ! » ou « !que je puisse partir ! ». Outre le plus-que-parfait composé, le portugais a également un plus-que-parfait simple, qui provient du plus-que-parfait latin. Le portugais est, par ailleurs, grammaticalement proche de l’espagnol.

De façon caractéristique, un grand nombre de noms présentent au féminin la terminaison en a et au masculin la terminaison en o, qui correspondent respectivement aux noms latins de la première et de la deuxième déclinaison. La marque habituelle du pluriel en portugais est le s.

Et la phonétique ?

Le portugais possède une structure phonétique complexe, grand sujet d’étude des linguistes. La langue contient onze voyelles distinctes et il existe une grande différence de prononciation entre les voyelles fermées i et u, et les voyelles ouvertes a, e et o. Ces cinq voyelles peuvent être toutes nasalisées, bien que l’ouverture du conduit nasal soit moins complète qu’en français. La nasalisation est indiquée par un tilde placé sur la voyelle ou par un m ou un n placé après la voyelle. La langue contient également plusieurs diphtongues, dont certaines peuvent être nasalisées.

L’analyse phonétique du portugais indique l’existence de vingt-cinq consonnes distinctes, qui ont pratiquement la même valeur que dans les autres langues romanes, avec quelques variations d’une région à une autre. Les variations les plus importantes portent d’une part sur le rr, qui est en général alvéolaire au Portugal et souvent grasseyé ou guttural au Brésil, et d’autre part sur les sons correspondant à l’anglais ch et dj, qui n’existent pas au Portugal alors qu’ils sont représentés au Brésil par ti et di.

Le lh correspond à l’espagnol ll et à l’italien gl. Le nh correspond à l’espagnol ñ et à l’italien gn. Le ch et le j se prononcent comme en français.

La liaison en portugais parlé de mots syntaxiquement apparentés dans une phrase explique la variation phonique de plusieurs consonnes. Ce phénomène est particulièrement évident dans le cas des consonnes sifflantes s et z.

L’un des traits caractéristiques du portugais est la perte du l et du n intervocaliques. Ainsi, le mot quais vient du latin quales et pessoa du latin persona. Les formes portugaises o et a de l’article (« !le ! », « !la ! ») sont dues à la position intervocalique du l dans des combinaisons syntaxiques comme de lo et de la (« !du ! », « !de la ! »), d’où proviennent les formes contractées do et da, qui furent réinterprétées en « !d’o ! » et « !d’a ! ». Enfin, un mot se terminant par l au singulier perd ce l au pluriel parce que celui-ci se trouvait en position intervocalique en latin et dans les formes anciennes du portugais. Le mot sol (« !soleil ! ») a ainsi pour pluriel (du latin soles).